Modèle de lettre pour se plaindre du bruit d’un voisin au syndic


Faire appel au syndic de copropriété pour désamorcer un conflit entre les résidents d’une propriété peut s’avérer efficace. Tout comme lui demander de faire preuve d’autorité pour faire cesser certains troubles du voisinage. Dans la plupart des cas, les situations d’antagonisme, proviennent des nuisances sonores.

En effet, celles-ci sont généralement liées au volume trop élevé d’une télévision ou d’une chaîne hi-fi. Mais aussi, aux travaux réalisés dans un appartement, au chahut des enfants, aux éclats de voix au cours d’une dispute ou d’une fête familiale ou aux aboiements d’un chien.

Est considéré comme tapage diurne, les nuisances intenses, durables et répétées qui ont lieu entre 7 heures et 22 heures. Selon l’article R1336-1 du Code de la santé publique, la limite tolérée est de 5 décibels pondérés. Par ailleurs, un tapage nocturne intervient lorsque les bruits qui ne sont pas nécessairement forts et constants, surviennent entre 22 heures et 7 heures. L’article de loi précité mentionne un minimum de 3 décibels pondérés.

Si vous subissez des nuisances sonores, la première chose à faire, c’est d’entrer en contact avec ce voisin indélicat. Vous vous présenterez à lui et l’informerez du problème. Puis, si vos différentes discussions n’ont eu aucun effet, vous lui enverrez une première lettre simple. Celle-ci sera suivie d’une lettre de relance en LRAR.

Enfin, si ces démarches n’ont pas ramené la tranquillité, vous pourrez avoir recours à différents intervenants. Par exemple, en sollicitant le propriétaire du voisin tapageur. Ou alors, en demandant au syndic de copropriété de faire respecter le règlement intérieur de la résidence. Si en dépit de ses tentatives de conciliation le calme ne revient pas, il pourra engager différentes actions que ce soit contre l’occupant du logement incriminé ou contre son bailleur. Certaines d’entre elles peuvent aboutir à l’expulsion du locataire récalcitrant ainsi qu’à la résolution de son bail.

Utilisez notre modèle de lettre prêt à l’emploi pour vous plaindre du bruit d’un voisin au syndic de copropriété :

 

 

 

Madame, Monsieur,

Domicilié(e) au …(précisez votre adresse, étage et numéro d’appartement)…, je viens par la présente dénoncer les nuisances sonores insupportables que me fait endurer mon voisin/ma voisine M./Mme …(nom)…. Son appartement est (mitoyen du mien/situé au-dessus du mien/en dessous du mien).

En effet, je subis depuis …(précisez la durée)… les bruits intenses et récurrents provenant de/causés par  …(précisez son origine)…. Ces troubles ont généralement lieu entre …(heures)… et …(heures)…. Ils altèrent mon moral et ont des conséquences néfastes sur mon état de santé/fatigue.

Je tiens à vous signaler que j’ai tenté à maintes reprises de faire cesser le bruit en ayant des discussions cordiales avec mon voisin/ma voisine et en lui adressant deux lettres. Malheureusement, elles n’ont été suivies d’aucun effet.

Par conséquent, je vous saurais gré de bien vouloir prendre les mesures nécessaires pour faire revenir le calme et la sérénité dans l’immeuble.

Vous remerciant par avance de l’intérêt que vous porterez à ma requête et restant à votre disposition pour tout renseignement complémentaire, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, ma considération distinguée.

 

 

 

 

 

 

 

MODELE DE LETTRE POUR SE PLAINDRE DU BRUIT D’UN VOISIN AU

SYNDIC

 

 

Modèle lettre se plaindre bruit voisin syndic

 

 

 

 

Si vous souhaitez obtenir ce modèle de lettre au format Word de Windows (fichier avec l’extension .docx), vous devez écrire dans le champ « Commentaire » situé tout en bas de cette page. Sous ce dernier, vous indiquerez votre adresse e-mail dans le champ prévu à cet effet. De cette façon, nous pourrons vous répondre et vous envoyer la lettre en pièce jointe.

Ensuite, vous compléterez la lettre en remplissant les zones en pointillés. Et éventuellement, vous y apporterez des modifications afin qu’elle soit plus pertinente et qu’elle corresponde parfaitement à votre situation ainsi qu’à vos sollicitations.

D’autre part, si vous souhaitez nous interpeller sur un tout autre sujet, vous pouvez nous écrire via la section « Questions ». Nous tâcherons de vous répondre sous 48 heures.

Autre possibilité, partager nos articles sur votre compte Twitter ou sur votre page Facebook afin d’en faire profiter vos cercles d’amis. De plus, vous pourrez donner vos avis, nous faire-part de vos commentaires ou nous interroger sur des points précis du droit ou des formalités administratives.

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *